Ce Bric-à-brac est en fait un portrait génial

Le Palais Idéal de Ferdinand Cheval de la commune d’Hauterives dans la Drôme, expose en ce moment cette œuvre de l’artiste Bernard Pras qui rend hommage à sa manière au célèbre facteur. Brouette, planche à repasser, guitare, dessus de lit, zèbres, girafe… Un portrait incroyable constitué de multiples objets. A voir tous les jours jusqu’au 31 août de 9h30 à 19h00 dans le nouvel espace muséographique du Palais Idéal.www.facteurcheval.com

Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, butte sur une pierre si bizarre lors de sa tournée qu’elle réveille un rêve. Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue.

BernardPras-FacteurCheval

BernardPras-FacteurCheval-art

Bernard Pras

Ayant passé une partie de son enfance dans l’épicerie de sa grand-mère, il conserve une relation forte et privilégiée avec les objets et inventaires de toutes sortes. Aux confluences du pop art et de la performance, dans un aller-retour constant entre la figuration et la défiguration, Bernard Pras peut difficilement susciter l’indifférence…

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Toulouse en 1974, Bernard Pras devient un virtuose de la technique de l’anamorphose, de la juxtaposition et de la superposition d’objets hétéroclites mais minutieusement choisis pour entrer en résonance avec le sujet, il crée une image lisible d’un seul point de vue préétabli et privilégié. C’est l’art de la perspective secrète dont parle Dürer.

Troquant ses pinceaux et la peinture contre la main, l’objet et un appareil photo, depuis 1998 il s’approprie les images de multiples icônes issues de l’histoire de l’art et de la société contemporaine. La couleur et la touche deviennent objet, la composition une installation ponctuées de dizaines de prises de vues et la pérennisation de l’oeuvre une photographie. Sans la photo, les installations d’objets qui dessinent et emplissent l’espace resteraient le privilège de quelques uns, uniques spectateurs de cette métamorphose, où la récupération devient art.

Sans ce point final qu’est la dernière prise de vue ponctuée par un flash lumineux, où l’artiste transforme les trois dimensions en seulement deux pour le plus grand plaisir de nos regards médusés l’oeuvre de Bernard Pras ne pourrait exister. artsper.com

bernard-pras-01

bernard-pras-02

bernard-pras-03

bernard-pras-05

bernard-pras-06

bernard-pras-07

bernard-pras-08

bernard-pras-09

bernard-pras-010

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Ce pont suspendu en verre donne des frissons

Les Tamagotchi sont de retour !

Ce chorégraphe met les monuments en mouvement au Panthéon

Les bars avec lancer de haches débarquent en France

Il photographie les mêmes passants pendant 9 ans

Game of Thrones: Nike lance des sneakers Khaleesi

Montréal : ce pont s’illumine au rythme des tweets

Des maisons en kit à acheter sur Amazon

Une « Fury Room » ouvre à Paris. Venez tout casser !

Vous prendrez bien un café en 3D ?

Tout quitter pour voyager avec son chat dans un camping-car

Le Robert lance « 60 dessins pour ne plus faire de fautes »

La série animée des Monchhichi débarque sur TF1

Halloween : des hologrammes terrifiants pour la maison

Des milliers de livres publiés avant 1942 en accès libre

Cyclistes, cette écharpe airbag est faite pour vous !

Cette artiste réalise d’incroyables perruques en papier

1875, les premières photos d’Halloween

Une maison Wes Anderson est maintenant disponible sur Airbnb

Ce chauffeur de taxi new-yorkais a pris ses clients en photo pendant 30 ans

Lancement d’une tente flottante pour camper sur l’eau

Un burger bleu pour dire adieu à Colette

Les Nouveaux Mutants : premier trailer pour le spin-off de la saga X-Men

Porg, la nouvelle coqueluche du prochain Star Wars

c910672a0d3e7ca0c35156f499fd7544eeeeeeeeeeeeeeeeeee