Ce Bric-à-brac est en fait un portrait génial

Le Palais Idéal de Ferdinand Cheval de la commune d’Hauterives dans la Drôme, expose en ce moment cette œuvre de l’artiste Bernard Pras qui rend hommage à sa manière au célèbre facteur. Brouette, planche à repasser, guitare, dessus de lit, zèbres, girafe… Un portrait incroyable constitué de multiples objets. A voir tous les jours jusqu’au 31 août de 9h30 à 19h00 dans le nouvel espace muséographique du Palais Idéal.www.facteurcheval.com

Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, butte sur une pierre si bizarre lors de sa tournée qu’elle réveille un rêve. Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue.

BernardPras-FacteurCheval

BernardPras-FacteurCheval-art

Bernard Pras

Ayant passé une partie de son enfance dans l’épicerie de sa grand-mère, il conserve une relation forte et privilégiée avec les objets et inventaires de toutes sortes. Aux confluences du pop art et de la performance, dans un aller-retour constant entre la figuration et la défiguration, Bernard Pras peut difficilement susciter l’indifférence…

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Toulouse en 1974, Bernard Pras devient un virtuose de la technique de l’anamorphose, de la juxtaposition et de la superposition d’objets hétéroclites mais minutieusement choisis pour entrer en résonance avec le sujet, il crée une image lisible d’un seul point de vue préétabli et privilégié. C’est l’art de la perspective secrète dont parle Dürer.

Troquant ses pinceaux et la peinture contre la main, l’objet et un appareil photo, depuis 1998 il s’approprie les images de multiples icônes issues de l’histoire de l’art et de la société contemporaine. La couleur et la touche deviennent objet, la composition une installation ponctuées de dizaines de prises de vues et la pérennisation de l’oeuvre une photographie. Sans la photo, les installations d’objets qui dessinent et emplissent l’espace resteraient le privilège de quelques uns, uniques spectateurs de cette métamorphose, où la récupération devient art.

Sans ce point final qu’est la dernière prise de vue ponctuée par un flash lumineux, où l’artiste transforme les trois dimensions en seulement deux pour le plus grand plaisir de nos regards médusés l’oeuvre de Bernard Pras ne pourrait exister. artsper.com

bernard-pras-01

bernard-pras-02

bernard-pras-03

bernard-pras-05

bernard-pras-06

bernard-pras-07

bernard-pras-08

bernard-pras-09

bernard-pras-010

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Les Maîtres de l’univers: découvrez le casting vocal 5 étoiles de la série Netflix

Burger King affiche un Whopper moisi pour une bonne raison

Cette grand-mère utilise des LEGO pour aider les personnes handicapées

Exposition sur Louis de Funès à la Cinémathèque française

Le Sony World Photography Awards 2020 révèle ses finalistes

Quicksett : l’invention qui va changer la vie des snowbordeurs

Overwatch bientôt adapté en série sur Netflix ?

Ces photos d’oursons qui dansent font le tour du monde

Deepfake : quand Neo choisit la pilule bleue

Un hôtel de luxe flottant sur une rivière ouvre en Suède

Des boulettes de riz comme vous n’en avez jamais vu

Robert Pattinson en Batman se dévoile

Supreme dévoile une collab avec Oreo

Un mathématicien crée des dessins complexes à l’aide d’une seule ligne continue

Disney prépare un nouveau film sur « Raiponce » en live-action !

Deepfake : Tom Holland et Robert Downey Jr dans « Retour vers le futur »

IKEA propose de régler ses achats avec son temps de trajet

Ils recréent le tableau de Georges Seurat dans la vraie vie

Une impression 3D en quelques secondes, c’est maintenant possible

La Casa de Papel vous invite à braquer la Monnaie de Paris

Matrix 4 : premières images de Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss

007 : le titre de Billie Eilish « No Time to die » se dévoile

Une œuvre de Banksy en vente pour aider l’Australie

Une IA créée un morceau façon Travis Scott