Aya de Yopougon arrive au cinéma le 17 juillet

Héroïne d’une série de BD à succès, Aya de Yopougon s’apprête désormais à gazer au cinéma.

Nous avions découvert Aya en librairie, dans les six ouvrages de la série éponyme écrite par Maguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie. Nous avions fait la rencontre de cette jeune fille de 19 ans, vivant à la fin des années 70 en Côte d’Ivoire à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Aya partage ses journées entre l’école, sa famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis alors qu’Aya préfère étudier pour de venir médecin. A partir du 17 juillet, Aya s’anime sur grand écran et nous transporte dans un beau voyage.

aya-de-yopougon-film-affiche

Entretien avec Marguerite Abouet

Comment s’est passé le travail d’écriture scénaristique ?
Tout en restant fidèle aux deux premiers volumes, j’ai coupé certains épisodes et j’ai modifié la fin que je voulais plus optimiste que dans la bande dessinée. En effet, pour moi, il était essentiel qu’on garde un espoir ténu, en se disant que les personnages peuvent s’en sortir. D’ailleurs, cela rejoint ma philosophie de vie : tant qu’on est pas par terre, on peut toujours remonter la pente. Par ailleurs, il m’a fallu aussi placer la voix-off qui n’existait pas dans la bende dessinée : c’était un exercice difficile qui devait à tout prix éviter d’être redondant par rapport au récit.

aya-2

Entretien avec Clément Oubrerie

Y avait-il des enjeux dans le passage du livre à l’image animée ?
L’un des grands enjeux était la musicalité des voix que, bien entendu, on ne perçoit pas dans la bande dessinée. Car si on ne connait pas l’Afrique, on ne peut pas imaginer comment les dialogues sont prononcés. Par ailleurs, il fallait s’attacher à la gestuelle pour que les personnages ne fassent pas de gestes stéréotypés, mais qu’ils bougent comme en Côte d’Ivoire puisque ce ne sont pas les mêmes codes corporels qu’en Europe. Pour y parvenir, Marguerite a non seulement assuré la direction d’acteurs, mais elle a aussi mimé et joué les personnages qu’on a filmés et qui ont ensuite servi de références pour les animateurs.

Par Camille Percepied pour Golem13

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Le plan de Métro des bars parisiens qui suivent la Coupe du Monde

Dragon Ball : des Nike « GOKU » signées Walsh Design

Domino’s Pizza répare les routes pour améliorer son service de livraison

Le « Donkey Kong » des années 80 débarque sur Nintendo Switch

Un garçon invente une prothèse inspiré de Docteur Octopus pour un enfant de 10 ans

Salto : lancement d’un Netflix à la française

Les plus belles photos du concours National Geographic 2018

Quand Tom Bob détourne des éléments urbains

Des passages piétons arc-en-ciel installés à Paris

Wonder Woman 2 devrait se dérouler dans les années 80

Thaïlande : un jeu en bois fait-maison

McDonald’s va stopper la distribution de paille en plastique

Un jeu vidéo Stranger Things en développement

Les sculptures monumentales en bois de Daniel Popper

Des camionnettes transformées en jardins Japonais

Ewan McGregor incarnera le personnage principal dans la suite de Shining

Fortnite : des skins footballeurs à l’occasion de la Coupe du Monde

Un passage piéton qui s’illumine quand on s’approche

Un raton laveur escalade un immeuble et devient la star d’Internet

Overturn, des t-shirts réversibles pour la Coupe du Monde

Le bar Breaking Bad revient à Paris cet été

Ce peintre transporte les animaux dans le métro

Avengers Infinity War est le 4ème plus grand succès de tous les temps

La série sur Le Seigneur des Anneaux devrait être diffusée en 2021