Aya de Yopougon arrive au cinéma le 17 juillet

Héroïne d’une série de BD à succès, Aya de Yopougon s’apprête désormais à gazer au cinéma.

Nous avions découvert Aya en librairie, dans les six ouvrages de la série éponyme écrite par Maguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie. Nous avions fait la rencontre de cette jeune fille de 19 ans, vivant à la fin des années 70 en Côte d’Ivoire à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Aya partage ses journées entre l’école, sa famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis alors qu’Aya préfère étudier pour de venir médecin. A partir du 17 juillet, Aya s’anime sur grand écran et nous transporte dans un beau voyage.

aya-de-yopougon-film-affiche

Entretien avec Marguerite Abouet

Comment s’est passé le travail d’écriture scénaristique ?
Tout en restant fidèle aux deux premiers volumes, j’ai coupé certains épisodes et j’ai modifié la fin que je voulais plus optimiste que dans la bande dessinée. En effet, pour moi, il était essentiel qu’on garde un espoir ténu, en se disant que les personnages peuvent s’en sortir. D’ailleurs, cela rejoint ma philosophie de vie : tant qu’on est pas par terre, on peut toujours remonter la pente. Par ailleurs, il m’a fallu aussi placer la voix-off qui n’existait pas dans la bende dessinée : c’était un exercice difficile qui devait à tout prix éviter d’être redondant par rapport au récit.

aya-2

Entretien avec Clément Oubrerie

Y avait-il des enjeux dans le passage du livre à l’image animée ?
L’un des grands enjeux était la musicalité des voix que, bien entendu, on ne perçoit pas dans la bande dessinée. Car si on ne connait pas l’Afrique, on ne peut pas imaginer comment les dialogues sont prononcés. Par ailleurs, il fallait s’attacher à la gestuelle pour que les personnages ne fassent pas de gestes stéréotypés, mais qu’ils bougent comme en Côte d’Ivoire puisque ce ne sont pas les mêmes codes corporels qu’en Europe. Pour y parvenir, Marguerite a non seulement assuré la direction d’acteurs, mais elle a aussi mimé et joué les personnages qu’on a filmés et qui ont ensuite servi de références pour les animateurs.

Par Camille Percepied pour Golem13

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Normandie : un ancien bunker transformé en Goldorak

Ces insectes sont des personnages de la pop culture

Corona : des cannettes qui se vissent entre elles pour éviter l’emballage plastique

Décès de Philippe «Zdar» du duo électro CASSIUS

Mbappé dessiné par le créateur d’Olive et Tom

Unicornzilla : la plus grande Licorne gonflable du monde

Ouverture d’un escape game Stranger Things

30 Millions d’Amis détourne « We are the Champions” pour lutter contre l’abandon

Star Wars: un X-Wing taille réelle en LEGO exposé à Paris

Quand le robot de Boston Dynamics se rebelle

Pagachey : un site ultra local contre le gaspillage alimentaire

Ils transforment une Audi de 1984 en vrai Sauna

JOKER: le film avec Joaquin Phoenix sera interdit au moins de 17 ans

Bands FC: des groupes de musique deviennent des logos de foot

Le symbole de Star Trek découvert sur Mars

Quand les icônes de la pop culture passent au supermarché

Harry Potter : une nouvelle attraction vous place sur la moto volante d’Hagrid

Le chalet de Tony Stark dans Avengers est à louer sur Airbnb

Doctor Sleep : la suite de Shining dévoile sa bande-annonce

Chernobyl : le succès de la série dope le « dark tourism »

Nike dévoile une collection Stranger Things

Bokrijk : une surprenante piste cyclable à travers l’eau

Les gagnants du National Geographic Travel Photo Contest 2019

Londres : la première piscine au monde avec une vue à 360 degrés