Aya de Yopougon arrive au cinéma le 17 juillet

Héroïne d’une série de BD à succès, Aya de Yopougon s’apprête désormais à gazer au cinéma.

Nous avions découvert Aya en librairie, dans les six ouvrages de la série éponyme écrite par Maguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie. Nous avions fait la rencontre de cette jeune fille de 19 ans, vivant à la fin des années 70 en Côte d’Ivoire à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Aya partage ses journées entre l’école, sa famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis alors qu’Aya préfère étudier pour de venir médecin. A partir du 17 juillet, Aya s’anime sur grand écran et nous transporte dans un beau voyage.

aya-de-yopougon-film-affiche

Entretien avec Marguerite Abouet

Comment s’est passé le travail d’écriture scénaristique ?
Tout en restant fidèle aux deux premiers volumes, j’ai coupé certains épisodes et j’ai modifié la fin que je voulais plus optimiste que dans la bande dessinée. En effet, pour moi, il était essentiel qu’on garde un espoir ténu, en se disant que les personnages peuvent s’en sortir. D’ailleurs, cela rejoint ma philosophie de vie : tant qu’on est pas par terre, on peut toujours remonter la pente. Par ailleurs, il m’a fallu aussi placer la voix-off qui n’existait pas dans la bende dessinée : c’était un exercice difficile qui devait à tout prix éviter d’être redondant par rapport au récit.

aya-2

Entretien avec Clément Oubrerie

Y avait-il des enjeux dans le passage du livre à l’image animée ?
L’un des grands enjeux était la musicalité des voix que, bien entendu, on ne perçoit pas dans la bande dessinée. Car si on ne connait pas l’Afrique, on ne peut pas imaginer comment les dialogues sont prononcés. Par ailleurs, il fallait s’attacher à la gestuelle pour que les personnages ne fassent pas de gestes stéréotypés, mais qu’ils bougent comme en Côte d’Ivoire puisque ce ne sont pas les mêmes codes corporels qu’en Europe. Pour y parvenir, Marguerite a non seulement assuré la direction d’acteurs, mais elle a aussi mimé et joué les personnages qu’on a filmés et qui ont ensuite servi de références pour les animateurs.

Par Camille Percepied pour Golem13

 

Commentaires

Derniers Articles

 

WWF lance un pull de Noël qui dénonce une dure réalité

The Star Wars ou la bande-annonce créée avec les illustrations d’origine de 1975

Peaky Blinders a désormais sa gamme de spiritueux

Il joue le thème de Star Wars avec des calculatrices !

Ils craquent pour la boule de Noël « Piège de cristal »

Normandie : un street-artist fan de Dragon Ball transforme un ancien blockhaus

Les 25 photos les plus populaires de 2017 selon Flickr

Cette ligne activewear Harry Potter vous garantit la victoire

Le retour d’Olive et Tom en 2018 se dévoile dans un trailer !

Pour Hanukkah, Pornhub offre l’accès à sa plateforme Premium

Depuis 2003, cette famille s’amuse à créer la carte de Noël la plus moche

Quand des inconnus tentent d’imiter Chewbacca

Greenpeace convoque Voldemort, Dark Vador et Alien dans sa dernière campagne

Il crée des œuvres avec des objets du quotidien pour illustrer son obsession de l’ordre

Taïwan: ce coiffeur propose la coupe Donald Trump « Hair Tattoo »

Nike invente les baskets moches de Noël

Son faux restaurant devient N°1 sur Tripadvisor en 6 mois

Design : les 10 meilleurs posts Instagram par Dezeen

L’architecture délirante des arrêts de bus soviétiques par Christopher Herwig

Star Wars: Columbia lance une collection inspirée de l’Empire contre-attaque

Au Cambodge, ce photographe les prend en photo et leur offre leur premier portrait

New Spring : l’arbre à bulles de vapeur d’eau parfumée

Quand un restaurant rebaptise sa carte en hommage à Johnny Hallyday

La RATP transforme la station Duroc en station « Durock Johnny »

43b9ce9d1aa5b99fadebf7787975526dqqqqq