Aya de Yopougon arrive au cinéma le 17 juillet

Héroïne d’une série de BD à succès, Aya de Yopougon s’apprête désormais à gazer au cinéma.

Nous avions découvert Aya en librairie, dans les six ouvrages de la série éponyme écrite par Maguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie. Nous avions fait la rencontre de cette jeune fille de 19 ans, vivant à la fin des années 70 en Côte d’Ivoire à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Aya partage ses journées entre l’école, sa famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis alors qu’Aya préfère étudier pour de venir médecin. A partir du 17 juillet, Aya s’anime sur grand écran et nous transporte dans un beau voyage.

aya-de-yopougon-film-affiche

Entretien avec Marguerite Abouet

Comment s’est passé le travail d’écriture scénaristique ?
Tout en restant fidèle aux deux premiers volumes, j’ai coupé certains épisodes et j’ai modifié la fin que je voulais plus optimiste que dans la bande dessinée. En effet, pour moi, il était essentiel qu’on garde un espoir ténu, en se disant que les personnages peuvent s’en sortir. D’ailleurs, cela rejoint ma philosophie de vie : tant qu’on est pas par terre, on peut toujours remonter la pente. Par ailleurs, il m’a fallu aussi placer la voix-off qui n’existait pas dans la bende dessinée : c’était un exercice difficile qui devait à tout prix éviter d’être redondant par rapport au récit.

aya-2

Entretien avec Clément Oubrerie

Y avait-il des enjeux dans le passage du livre à l’image animée ?
L’un des grands enjeux était la musicalité des voix que, bien entendu, on ne perçoit pas dans la bande dessinée. Car si on ne connait pas l’Afrique, on ne peut pas imaginer comment les dialogues sont prononcés. Par ailleurs, il fallait s’attacher à la gestuelle pour que les personnages ne fassent pas de gestes stéréotypés, mais qu’ils bougent comme en Côte d’Ivoire puisque ce ne sont pas les mêmes codes corporels qu’en Europe. Pour y parvenir, Marguerite a non seulement assuré la direction d’acteurs, mais elle a aussi mimé et joué les personnages qu’on a filmés et qui ont ensuite servi de références pour les animateurs.

Par Camille Percepied pour Golem13

 

Commentaires

Derniers Articles

 

États-Unis : une exposition immersive sur Frida Kahlo

Allemagne : Burger King taquine McDonald’s pour son 50ème anniversaire

Pour Noël, l’Utah vous propose de dormir dans la grotte du Grinch

Irlande : un « Game of Thrones Studio Tour » va ouvrir en février 2022

Moselle : des collégiennes réussissent à obtenir de la raclette à la cantine

Microsoft lance son pull moche de Noël dédié au « Démineur »

Koh-Lanta : un documentaire spécial pour fêter les 20 ans de l’émission

La maison de « Maman, j’ai raté l’avion ! » est disponible sur Airbnb

Lettre à moi-même : le film de Santé Publique France pour la journée mondiale de lutte contre le sida

Le tournage du film « Batgirl » a commencé 

Des squares Pokémon vont ouvrir au Japon

Star Wars: Columbia lance une collection Boba Fett

La Casa de Papel : Netflix annonce un spin-off sur Berlin

Batman : un Escape Game de 3000 mètres carrés débarque à Paris

Bordeaux : un sapin de Noël en verre et acier à la place d’un « arbre mort »

Rocky : Dolph Lundgren reparle d’un spin-off sur Ivan Drago

JouéClub lance un catalogue de jouets pour adultes  

Le pronom non-binaire « iel » va débarquer dans les Sims 4

« Spider-Man : No Way Home », des NFT offerts à ceux qui réservent leurs places en avance

Pour Noël, il fabrique une réplique grandeur nature du bloc de carbonite à l’effigie de son ami

Virgil Abloh, le directeur artistique de Louis Vuitton s’est éteint à 41 ans

Jason et Ivan Reitman réalisent la pub de Noël d’Apple

Un nouveau jeu PopCorn Garage sur League of Legends

New-York : la Pop Culture au rendez-vous de la parade de Thanksgiving