Astérix s’expose à la BnF

Après vous avoir parlé du nouvel album d’Astérix « Astérix chez les Pictes », le célèbre Gaulois défonce les murs de la Bibliothèque François-Mitterrand à Paris. Cette exposition présente des esquisses, des planches originales, des vestiges archéologiques… Astérix à la BnF !  Du 16 octobre au 19 janvier.

En mars 2011, Albert Uderzo faisait don à la Bibliothèque nationale de France des planches originales de trois albums d’Astérix : Astérix le Gaulois, premier titre de la série, publié dans le journal Pilote à compter du 29 octobre 1959 ; La Serpe d’or, second épisode ; enfin Astérix chez les Belges, vingt-quatrième album dont René Goscinny, décédé le 5 novembre 1977, ne vit jamais la publication.
Ce don exceptionnel est au cœur de l’exposition que la BnF consacre à la célèbre bande dessinée savourée depuis plus de 50 ans par petits et grands, au fil de 32 aventures (bientôt 33) traduites en 107 langues et dialectes et vendues à plus de 350 millions d’exemplaires à travers le monde.
Embrassant l’œuvre dans sa genèse, son univers, sa dimension phénoménale et son universalité, cette rétrospective propose un voyage aux sources, une immersion dans le monde de ces irréductibles Gaulois et une analyse de la potion qui fait le succès pérenne de leurs aventures. Invite au rire, elle met en scène la vis comica sans cesse à redécouvrir et appréhendée ici au plus près du processus créatif. Rendant hommage au talentueux dessinateur autant qu’au génial scénariste, l’exposition restitue l’alchimie de leur profonde amitié.

Le parcours se penche tout d’abord sur le berceau d’Astérix, retraçant parallèlement l’enfance et la jeunesse des deux auteurs puis leur rencontre, leurs créations communes, le lancement de Pilote pour lequel ils se mirent en quête d’un nouveau personnage et le choix final de « nos ancêtres les Gaulois » qui s’impose alors comme une évidence eu égard à la prégnance du mythe qui nimbe ces derniers.
La naissance actée par la toute première planche originale ouvre une bulle qui immerge le visiteur dans l’univers d’Astérix dressant une véritable galerie de portraits hauts en couleurs ainsi qu’une revue des voyages à la découverte de l’Autre. Planches originales ou imprimées, notes manuscrites et scénarios dactylographiés dialoguent ici avec des pièces archéologiques qui sont autant d’attributs emblématiques de la série rappelant son ancrage historique mais aussi sa distanciation parodique.
La troisième partie mesure le « phénomène Astérix » à travers son expansion nationale et internationale, les adaptations cinématographiques, l’exploitation publicitaire, la déclinaison en jeux et jouets, jusqu’à la création d’un parc d’attractions.

Vient alors le temps d’analyser ce succès. Sur le mode ludique, l’exposition décortique l’humour désopilant porté par le comique scénaristique, langagier et graphique. Elle met également en exergue la force des valeurs incarnées par cette geste parodique. Le parcours s’achève par une incursion dans l’intimité des auteurs au travail symbolisant l’osmose entre deux génies du neuvième art pour qui, selon le mot de René Goscinny en 1976, « Moi, c’est l’autre. ».

Astérix à la BNF !
mardi – samedi de 10h à 19h
dimanche de 13h à 19h
sauf lundi et jours fériés
tarif plein : 7 €
tarif réduit : 5 €
Du 16 octobre au 19 janvier. www.bnf.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Une église parisienne tente la quête avec paiement sans contact

Le plus grand labyrinthe de neige du monde est en Pologne

Voici le selfieccino, un café avec votre portrait imprimé dans la mousse

Si Stranger Things était un film d’animation japonais…

Le challenge de l’électricité statique

Le compte instagram des plus beaux sols de Paris voyage

Un fan réalise le trailer du film FRIENDS

De l’art sur des sachets de thé

Les cuissardes Ugg débarquent !

Jurassic Park : lancement d’une Jeep électrique pour enfants

Des éboueurs créent une bibliothèque avec les livres jetés

Nintendo Labo : des accessoires en carton pour Switch

Il s’incruste hors-champ sur des pochettes d’album

Un bar éphémère réalisé en LEGO va ouvrir à Londres

La nouvelle série de Netflix met les 90’s à l’honneur

Cette robe change de couleur toute seule !

Google trouve à quelle oeuvre d’art vous ressemblez le plus

Un livre pour faire des sons électroniques avec du papier

Des photos d’enfants du monde entier avec leurs jouets

Le jargon de la pub en vinyles

À la découverte de Trust Icon, street artiste londonien

Muni de son smartphone, il donne vie aux objets qui l’entourent

Il se prend en photo autour du monde avec Godzilla

De l’origami animale dans des peaux d’agrumes