Une barge romaine refait surface après 2000 ans

ARLES. Une barge du 1er siècle immergée dans l’ancien port romain d’Arles, sur les berges du Rhône, va être relevée à partir de cet été, avant d’être restaurée puis exposée au public en 2013 au musée Arles antique.

Découvert en 2004, à quelque 8 mètres de profondeur dans le port d’Arelate, l’Arles romaine, ce chaland à fond plat de 31 mètres de long, daté du milieu du 1er siècle de notre ère, au moment de la monumentalisation de la ville, est en excellent état de conservation.
« C’est le seul bateau romain complet qu’on connaisse, explique Claude Sintes, le directeur du musée départemental Arles Antique (MDAA). A bord, on a retrouvé des cordages, la cuisine des marins, avec son four, la vaisselle gravée à leurs noms, des outils comme une houe, une serpette et aussi tout son chargement: 27 tonnes de pierres taillées destinées à la construction! »

Pour une raison inconnue, le bateau a coulé comme un bloc et s’est enfoncé dans le limon du fleuve, qui a permis sa conservation. Aux sédiments fluviaux sont venus s’ajouter des milliers d’amphores, de poteries et d’objets usuels, jetés par les habitants dans le fleuve entre le 1er et le 6e siècle.
Un énorme dépotoir de près de 3 mètres de hauteur qui a formé une gangue protectrice durant près de 2.000 ans.
Déjà fouillée à trois reprises en 2008, 2009 et 2010, cette couche, qui pourrait renfermer plus de 2.000 amphores et quelques 10.000 céramiques, a déjà livré quelques trésors comme un lustre à 20 becs, un service quasi-complet en bronze, et même le dé pipé d’un tricheur!
« Ce bateau est une pièce unique qui nous permet de comprendre les réalités du commerce fluvial et les besoins de la construction au 1er siècle mais aussi, grâce au mobilier archéologique retrouvé, d’avoir une photographie des échanges maritimes entre l’Europe du nord et le bassin méditerranéen jusqu’au 6e siècle », souligne M. Sintes.

C’est cet intérêt patrimonial et historique qui a décidé le Conseil général des Bouches-du-Rhône, en octobre 2010, à réaliser le sauvetage du chaland antique, baptisé Arles-Rhône 3, et à obtenir son classement comme « trésor national ».
Depuis quelques semaines, des équipes d’archéologues, assistés de spécialistes des travaux publics sous-marins, ont donc commencé à dégager complètement l’épave du dépôt portuaire, remontant chaque jour des centaines de poteries.
Au fur et à mesure de son dégagement – il faudra également remonter à la main les 27 tonnes de pierres pesant entre 3 et 7 kilos chacune! -, l’épave sera découpée en une dizaine de tronçons, sous l’eau et à l’égoïne pour ne pas abîmer le bois.
A partir de juillet, chaque tronçon sera ensuite remonté à la surface et démonté. Les éléments seront acheminés dans des sacs remplis d’eau vers un laboratoire spécialisé, à Grenoble, pour y subir un traitement à base de résine avant la lyophilisation des bois.
Puis viendront le remontage du bateau et son exposition en 2013 dans une nouvelle aile du MDAA, construite pour l’occasion et entièrement consacrée au port antique et aux activités fluviales. Ce parcours viendra enrichir les autres sections du musée déjà célèbre pour ses trésors comme le buste de César, lui aussi découvert dans le Rhône.
D’ici là, à partir de samedi et jusqu’au 6 mai 2012, une exposition permettra au visiteur de suivre en direct les opérations de fouille et de relevage et d’en comprendre la dimension archéologique, tout en présentant quelques beaux objets retrouvés dans l’épave.
Ce projet, soutenu par de nombreux partenaires et mécènes, devrait coûter au total 8 à 9 millions d’euros.
Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement