64 courts-métrages de l’histoire de l’animation japonaise en libre accès

Après vous avoir présenté le site Films pour Enfants (150 films en accès libre et légal), voici une autre plateforme qui va intéresser les amoureux de l’animation. Le centre cinématographique du Musée d’art moderne national de Tokyo vient de mettre en ligne en accès libre 64 courts-métrages datant de 1917 à 1941.  Parmi ces films rares sous-titrés en anglais, on peut découvrir Kamakura Gatana (The Dull Sword), un dessin animé de 1917 découvert par hasard dans une boutique d’Osaka en 2008. Direction Animation.filmarchives.jp pour découvrir ces petits bijoux antiques de l’histoire de l’animation japonaise.

datant de 1917 à 1941

 

via 9eme art

Commentaires

Derniers Articles

 

Les odeurs de Star Wars dans une collection de bougies parfumées

Le film Playmobil dévoile une première image

Une fresque Robin Williams apparaît à Chicago

Les marque-pages créatifs d’Olena

Les sculptures culinaires avec de vieux matelas compilées dans un livre

Richard Madden de Game of Thrones pressenti pour incarner James Bond

Le robots en origami de Dani Alba

La chorégraphie Harry Potter de ces lycéens devient virale

Il réalise des clichés d’Hawaï façon « Inception »

Umbro présente sa première chaussure de football sans lacets

Halloween : un déguisement pour bébé « The Office » ?

Thomas Ngijol en « Black Snake » débarque cet hiver

Dans de ce restaurant, l’addition varie en fonction de vos followers Instagram

L’exposition Sergio Leone ouvre à Paris

Aladdin : un premier teaser pour le remake de Guy Ritchie

Deux Toulousains lancent une bière au cassoulet

Des espèces en voie d’illuminations au Jardin des Plantes

Paris : quand Mark Hamill découvre un street-art de Carrie Fisher rue Princesse

Stephen King : le remake de « Simetierre » dévoile son trailer

Pamela Anderson se met en cage pour la cause animale

Cet hôtel propose 32 chambres-capsules dignes d’un vaisseau spatial

Une incroyable tortue de mer en body-painting

Tom et Jerry : ce fan japonais sculpte tous les traumatismes de Tom

Rennes : il installe son salon dans le métro pour regarder Netflix