Egypte : une anamorphose géante sur 50 bâtiments

À Manshiyat Naser, banlieue dortoir du Caire, cet artiste redonne toute sa beauté à la ville et transmet un magnifique message de tolérance en peignant une anamorphose assemblée sur 50 bâtiments. Un véritable chef-d’œuvre !

L’histoire d’un peuple marginalisé

eL Seed, street artist français d’origine tunisienne vient de réaliser cette superbe fresque sur les murs de la ville de Manshiyat Naser, une petite banlieue tristement connue comme étant le dépotoir du Caire. En effet, les habitants y vivent de la collecte des déchets et sont depuis de nombreuses années marginalisés et isolés à cause de leur labeur.

Pourtant, les Zaraeeb, chrétiens orthodoxes à l’origine éleveurs de cochons (Zaraeeb signifie éleveurs de cochons) n’ont rien de repoussant. Ayant été contrainte d’abandonner l’élevage à la suite de l’abattage des troupeaux en 2009 à cause du H1N1, la communauté s’est tournée vers la collecte et le tri des déchets pour survivre. Elle a ainsi mis en place un système extrêmement bien organisé, parmi les plus efficaces du monde pour collecter les déchets et ainsi participer à la sauvegarde de la planète. Sensible à leur histoire, eL Seed a donc souhaité défendre cette communauté et lui rendre toute sa beauté.

Une anamorphose mais pas que…

L’œuvre de eL Seed est une magnifique fresque colorée dans laquelle il utilise la calligraphie arabe pour transmettre un message de paix. Au cours d’un Ted Talks, l’artiste a présenté son travail qui a nécessité près d’un an de préparation entre la conception des plans et des schémas, la mise en place des équipes et l’approvisionnement en peinture et échafaudages. L’œuvre entière est découpée en plusieurs fragments qui se révèlent en une anamorphose depuis le mont Mokattam, la montagne de la ville. D’ici, il est possible de lire les mots choisis par eL Seed, ceux d’Athanase d’Alexandrie, évêque orthodoxe du troisième siècle :

Quiconque souhaite voir la lumière du soleil, doit d’abord se frotter les yeux.

Une magnifique illustration textuelle de l’œuvre qui apparaît fragmentée depuis les rues et se révèle pleinement lorsque l’on change de point de vue.

Grâce à l’utilisation de peinture phosphorescente, eL Seed fait également briller les murs de la ville une fois la nuit tombée. On ne peut que saluer cette belle démarche artistique et engagée.

Lire aussi : Ce street artist fabrique des nichoirs à oiseaux en ville

 

 

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Les animaux en fil de fer de Candice Bees

Avec sa calèche, il lance le « Uber Amish »

Les urinoirs qui font pousser des fleurs arrivent à Paris

Un tatouage animé de Rick et Morty

Un nouveau « Denver, le petit dinosaure » arrive sur M6

Une structure gonflable pour jouer à « Chass’Taupes »

Le pont de Trestle dans l’Iowa

Le Mexique décroche le titre de champion du monde de Cosplay

Harry Potter : il fabrique des cartes de Chocogrenouille en Lego

The Walking Dead: Negan devient un personnage de « Tekken 7 »

CoolingStyle, un climatiseur portable lancé sur kickstarter

Quand les mascottes publicitaires se prennent en photo

Lancement d’une nouvelle collection de boxers Saint Seya

ProForm : la salle de sport qui s’invite directement dans ton salon

Un salon de thé dissimulé derrière un distributeur automatique

Les cartes Magic prennent vie grâce à la réalité augmentée

Décès du mannequin « Zombie Boy » à l’âge de 32 ans

Une nouvelle collection de chaussures Toy Story

Elle remplace ses collègues de bureau par des personnages de la peinture classique

« Mission impossible : Fallout » projeté sur une falaise norvégienne

« Unzipped », la nouvelle installation surréaliste d’Alex Chinneck

Nicky Larson : un teaser pour le prochain film d’animation

« Alf » pourrait faire son retour dans une nouvelle série

Les plus belles portes de Paris