Egypte : une anamorphose géante sur 50 bâtiments

À Manshiyat Naser, banlieue dortoir du Caire, cet artiste redonne toute sa beauté à la ville et transmet un magnifique message de tolérance en peignant une anamorphose assemblée sur 50 bâtiments. Un véritable chef-d’œuvre !

L’histoire d’un peuple marginalisé

eL Seed, street artist français d’origine tunisienne vient de réaliser cette superbe fresque sur les murs de la ville de Manshiyat Naser, une petite banlieue tristement connue comme étant le dépotoir du Caire. En effet, les habitants y vivent de la collecte des déchets et sont depuis de nombreuses années marginalisés et isolés à cause de leur labeur.

Pourtant, les Zaraeeb, chrétiens orthodoxes à l’origine éleveurs de cochons (Zaraeeb signifie éleveurs de cochons) n’ont rien de repoussant. Ayant été contrainte d’abandonner l’élevage à la suite de l’abattage des troupeaux en 2009 à cause du H1N1, la communauté s’est tournée vers la collecte et le tri des déchets pour survivre. Elle a ainsi mis en place un système extrêmement bien organisé, parmi les plus efficaces du monde pour collecter les déchets et ainsi participer à la sauvegarde de la planète. Sensible à leur histoire, eL Seed a donc souhaité défendre cette communauté et lui rendre toute sa beauté.

Une anamorphose mais pas que…

L’œuvre de eL Seed est une magnifique fresque colorée dans laquelle il utilise la calligraphie arabe pour transmettre un message de paix. Au cours d’un Ted Talks, l’artiste a présenté son travail qui a nécessité près d’un an de préparation entre la conception des plans et des schémas, la mise en place des équipes et l’approvisionnement en peinture et échafaudages. L’œuvre entière est découpée en plusieurs fragments qui se révèlent en une anamorphose depuis le mont Mokattam, la montagne de la ville. D’ici, il est possible de lire les mots choisis par eL Seed, ceux d’Athanase d’Alexandrie, évêque orthodoxe du troisième siècle :

Quiconque souhaite voir la lumière du soleil, doit d’abord se frotter les yeux.

Une magnifique illustration textuelle de l’œuvre qui apparaît fragmentée depuis les rues et se révèle pleinement lorsque l’on change de point de vue.

Grâce à l’utilisation de peinture phosphorescente, eL Seed fait également briller les murs de la ville une fois la nuit tombée. On ne peut que saluer cette belle démarche artistique et engagée.

Lire aussi : Ce street artist fabrique des nichoirs à oiseaux en ville

 

 

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Tinder installe un bouton d’urgence en cas de pépin

Voici à quoi ressembleraient Jules César, Cléopâtre, et d’autres aujourd’hui

Avalanche d’hommages en l’honneur de Kobe Bryant

Disney prépare un remake en live action de « Bambi »

Jennifer Aniston surprend des fans de « Friends »

Game of Thrones : la fin des romans sera différente de celle de la série !

Des scientifiques redonnent sa voix à une momie de 3 000 ans

The Witcher : un film d’animation en préparation

Avec du papier, il recrée un quartier de Tokyo en miniature

Un patron récompense de 4 jours de congés ses salariés non-fumeurs

Adidas révèle une nouvelle paire hybride : la Superstan

Ikea construit un nouveau magasin sans place de parking

« Balance ta robe » : des avocats reprennent la chanson d’Angèle

Fortnite : une startup crée une compétition étudiante

Bébé Yoda apparaît en nuage, Internet devient fou

Cet artiste a créé de superbes affiches des nominés aux Oscars 2020

Séjournez avec votre Roméo dans la maison de Juliette à Vérone

Australie : cette artiste peint avec des feuilles brûlées des incendies

LEGO lance un modèle de la Station Spatiale Internationale

The Witcher: un acteur de Game of Thrones au casting de la saison 2

Nike révèle une nouvelle chaussure autolaçante

Le Mexique s’expose à la Villette tout en couleur

Voici la plus grosse fleur du monde

Captain Tsubasa: le nouveau jeu vidéo Olive et Tom débarque !