Egypte : une anamorphose géante sur 50 bâtiments

À Manshiyat Naser, banlieue dortoir du Caire, cet artiste redonne toute sa beauté à la ville et transmet un magnifique message de tolérance en peignant une anamorphose assemblée sur 50 bâtiments. Un véritable chef-d’œuvre !

L’histoire d’un peuple marginalisé

eL Seed, street artist français d’origine tunisienne vient de réaliser cette superbe fresque sur les murs de la ville de Manshiyat Naser, une petite banlieue tristement connue comme étant le dépotoir du Caire. En effet, les habitants y vivent de la collecte des déchets et sont depuis de nombreuses années marginalisés et isolés à cause de leur labeur.

Pourtant, les Zaraeeb, chrétiens orthodoxes à l’origine éleveurs de cochons (Zaraeeb signifie éleveurs de cochons) n’ont rien de repoussant. Ayant été contrainte d’abandonner l’élevage à la suite de l’abattage des troupeaux en 2009 à cause du H1N1, la communauté s’est tournée vers la collecte et le tri des déchets pour survivre. Elle a ainsi mis en place un système extrêmement bien organisé, parmi les plus efficaces du monde pour collecter les déchets et ainsi participer à la sauvegarde de la planète. Sensible à leur histoire, eL Seed a donc souhaité défendre cette communauté et lui rendre toute sa beauté.

Une anamorphose mais pas que…

L’œuvre de eL Seed est une magnifique fresque colorée dans laquelle il utilise la calligraphie arabe pour transmettre un message de paix. Au cours d’un Ted Talks, l’artiste a présenté son travail qui a nécessité près d’un an de préparation entre la conception des plans et des schémas, la mise en place des équipes et l’approvisionnement en peinture et échafaudages. L’œuvre entière est découpée en plusieurs fragments qui se révèlent en une anamorphose depuis le mont Mokattam, la montagne de la ville. D’ici, il est possible de lire les mots choisis par eL Seed, ceux d’Athanase d’Alexandrie, évêque orthodoxe du troisième siècle :

Quiconque souhaite voir la lumière du soleil, doit d’abord se frotter les yeux.

Une magnifique illustration textuelle de l’œuvre qui apparaît fragmentée depuis les rues et se révèle pleinement lorsque l’on change de point de vue.

Grâce à l’utilisation de peinture phosphorescente, eL Seed fait également briller les murs de la ville une fois la nuit tombée. On ne peut que saluer cette belle démarche artistique et engagée.

Lire aussi : Ce street artist fabrique des nichoirs à oiseaux en ville

 

 

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Des Airbus A380 dédiés aux tortues hawaïennes

Puma réédite ses RS Computer, les « baskets ordinateurs »

Miley Cyrus va jouer dans la prochaine saison de Black Mirror

L’Atelier des Lumières va proposer une immersion numérique dans l’art de Van Gogh

New York : 11 mosaïques géantes installées dans une station de métro

KFC lance une bûche parfumée au poulet frit pour votre cheminée

Gris : le superbe jeu signé par l’artiste Conrad Roset arrive sur Switch

Allemagne : une tonne de chocolat déversée dans la rue à cause d’une fuite

Le film Playmobil dévoile son trailer

Istanbul : payer son trajet en métro avec des bouteilles en plastique

Les oiseaux en papier de Cristian Marianciuc

Nicky Larson : un trailer pour le prochain film d’animation

Disneyland : la nouvelle attraction « La Belle et la Bête » dévoile des robots plus vrais que nature !

John Lopez, le sculpteur que recycle des pièces de machines agricoles

Rami Malek pourrait incarner le prochain méchant de James Bond 25

Steven Yeun rejoint la nouvelle série « The Twilight Zone »

Une piscine Aquaman dans Paris

Noël : les classiques Disney seront diffusés à la TV cette année

Doctor Strange : Le réalisateur reviendra pour la suite

Il lance un escape game gratuit spécial « Gilets Jaunes »

Living Coral : la couleur Pantone de l’année 2019

Godzilla 2 : une ambiance de fin du monde dans le nouveau trailer

Chicago : plus de 10 000 m2 d’images et de vidéos projetés sur une façade

« La Nuit étoilée » de van Gogh avec des touches de claviers recyclés