Egypte : une anamorphose géante sur 50 bâtiments

À Manshiyat Naser, banlieue dortoir du Caire, cet artiste redonne toute sa beauté à la ville et transmet un magnifique message de tolérance en peignant une anamorphose assemblée sur 50 bâtiments. Un véritable chef-d’œuvre !

L’histoire d’un peuple marginalisé

eL Seed, street artist français d’origine tunisienne vient de réaliser cette superbe fresque sur les murs de la ville de Manshiyat Naser, une petite banlieue tristement connue comme étant le dépotoir du Caire. En effet, les habitants y vivent de la collecte des déchets et sont depuis de nombreuses années marginalisés et isolés à cause de leur labeur.

Pourtant, les Zaraeeb, chrétiens orthodoxes à l’origine éleveurs de cochons (Zaraeeb signifie éleveurs de cochons) n’ont rien de repoussant. Ayant été contrainte d’abandonner l’élevage à la suite de l’abattage des troupeaux en 2009 à cause du H1N1, la communauté s’est tournée vers la collecte et le tri des déchets pour survivre. Elle a ainsi mis en place un système extrêmement bien organisé, parmi les plus efficaces du monde pour collecter les déchets et ainsi participer à la sauvegarde de la planète. Sensible à leur histoire, eL Seed a donc souhaité défendre cette communauté et lui rendre toute sa beauté.

Une anamorphose mais pas que…

L’œuvre de eL Seed est une magnifique fresque colorée dans laquelle il utilise la calligraphie arabe pour transmettre un message de paix. Au cours d’un Ted Talks, l’artiste a présenté son travail qui a nécessité près d’un an de préparation entre la conception des plans et des schémas, la mise en place des équipes et l’approvisionnement en peinture et échafaudages. L’œuvre entière est découpée en plusieurs fragments qui se révèlent en une anamorphose depuis le mont Mokattam, la montagne de la ville. D’ici, il est possible de lire les mots choisis par eL Seed, ceux d’Athanase d’Alexandrie, évêque orthodoxe du troisième siècle :

Quiconque souhaite voir la lumière du soleil, doit d’abord se frotter les yeux.

Une magnifique illustration textuelle de l’œuvre qui apparaît fragmentée depuis les rues et se révèle pleinement lorsque l’on change de point de vue.

Grâce à l’utilisation de peinture phosphorescente, eL Seed fait également briller les murs de la ville une fois la nuit tombée. On ne peut que saluer cette belle démarche artistique et engagée.

Lire aussi : Ce street artist fabrique des nichoirs à oiseaux en ville

 

 

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement