Les tableaux vivants d’Alexa Meade

Alexa Meade, 24 ans, ne peint pas de portraits à partir de modèles vivants, mais sur des modèles vivants. Bluffant. A la galerie Irvine contemporary, une galerie d’art contemporain en vue de Washington, la jeune Alexa Meade peint une scène de plage. Son modèle, un jeune homme qu’elle a recouvert en partie de peinture, est assis sous un parasol, une partie du corps à l’ombre, l’autre à la lumière.

L’ombre est-elle vraie ou peinte, les reflets de la peau sont-ils chair ou acrylique ? L’ambiguïté entre le vrai et le faux est l’essence du travail de cette jeune artiste qui mêle peinture, photographie et performance.

«Je veux créer ma propre interprétation de la réalité, directement sur la réalité», dit la jeune femme à l’AFP, peu avant de réaliser une peinture-performance à l’occasion d’une exposition de quelques unes de ses oeuvres jusqu’à la fin du mois.

Le modèle peut être un ami, sa famille ou un commanditaire qui veut s’offrir une oeuvre de la jeune femme. Elle a réalisé une centaine de portraits et vit déjà de son art.
Alexa Meade va alors recouvrir de larges aplats de différentes couleurs, dans un style inspiré du fauvisme ou de l’expressionnisme, à la manière d’un portrait peint, le visage, la peau, les vêtements avec un mélange qu’elle a créé elle-même.

Il est à base de peinture acrylique non-toxique, dit-elle, associée à une dizaine d’ingrédients, produits de beauté ou de cuisine, et «ne sèchera pas trop vite, sera plus souple quand le modèle bouge et ne fait pas de craquelures». Il peut être retiré du visage comme un masque de beauté.

Elle peut ensuite décider, ou non, de peindre le mur derrière le modèle, le sol sur lequel il est assis, le décor de la pièce. Elle prend alors le tout en photo, qui sera vendue en galerie, à un prix tournant actuellement autour des 2’000 dollars.

Le travail peut prendre jusqu’à 40 heures

Sur l’une de ses photographies («double take»), la moitié de son propre corps et de ses vêtements est peinte. Cela donne un autoportrait étrange, moitié peinture, moitié photographie.

Le trouble est encore plus grand dans un double portrait («The Writer and Alexa») où l’artiste est assise, naturelle, comme incrustée dans un tableau représentant un homme assis, appuyé contre un mur repeint en jaune à la manière tourbillonnante d’un Van Gogh. L’homme assis est vivant, mais transformé en tableau.

Quelquefois, pour une performance, le modèle sort dans la rue et prend le métro («Transit»). «Les gens se demandaient ce qui se passait, ils n’osaient pas regarder», se souvient-elle.

«Elle peint un modèle en trois dimensions de manière à ce qu’il paraisse plat, en deux dimensions», affirme le galeriste Martin Irvine selon qui la jeune artiste «casse les catégories» entre peinture, sculpture, photographie. Alexa Meade, née à Washington, n’a jamais suivi de cours de peinture. Elle a étudié les sciences politiques à New York et a même travaillé pour Barack Obama pendant la campagne électorale de 2008, sans jamais arrêter de peindre.

«J’ai réalisé que même si la politique, c’était super, la peinture était ma passion, et que je ne serais jamais contente si je faisais quelque chose d’autre», dit-elle. ©20minutes.ch

Commentaires

Derniers Articles

 

Et si Harry Potter était une saga horrifique ? Découvrez ses affiches effrayantes !

Elles parcourent le monde pour photographier les lieux de tournage de Game of Thrones

Atteinte de synesthésie, elle peint la musique comme elle la voit

Disney lève le voile sur le parc à thème Star Wars Land

Il crée des versions animées de ses tatouages

Les publicités peintes de retour sur les murs de New York

Le groupe déjanté Die Antwoord aura sa propre série

L’épisode 6 de Game of Thrones fuite, Twitter s’enflamme

8 000 sculptures mythiques disponibles en impression 3D

C’était quoi La Cinq ?

Des tapis Ikea dans Game of Thrones ? Ikea joue le jeu !

Un poulet gonflable à l’effigie de Donald Trump devant la Maison Blanche

Sur 600km, des marathoniens ont regardé 60 épisodes de Game of Thrones

Cette ancienne institutrice réalise des maquillages surréalistes !

Disney rompt avec Netflix pour lancer sa propre plateforme de SVoD

« ÇA » : une expérience immersive ouvre au public

Victime d’un bug d’impression, elle ressemble à « Coneheads » sur son passeport

Une combinaison de surf rencontre le costume cravate

Zlatan lance son jeu vidéo

Le clip « Thriller » revient en version 3D

Loving Vincent, le film aux 65.000 tableaux peints à la main

David Hasselhoff dévoile son clip pour « Guardians Inferno »

Il transforme des appareils photos usagés en petits robots

Karaté Kid va revenir sous la forme d’une mini-série

ff015c3100f1ab70d9e0ab0ff2886a2bVVVVVVVVV