Des albatros espions détectent la pêche illégale

Un programme scientifique, conçu pour étudier les albatros, pourrait également aider à identifier les bateaux de pêche braconniers. Et c’est le Centre d’étude biologique de Chizé, un organisme de recherche qui aide à préserver les espèces d’oiseaux menacées qui a mis au point cette opération. L’objectif est de détecter les bateaux de pêche qui n’ont pas de système d’identification automatique (AIS). Ils surveilleront ainsi tout le sud de l’océan Indien.

Entre novembre et mars, ils équiperont 170 albatros de minuscules balises. Ainsi elles détecteront automatiquement les signaux radar émis par les navires qu’ils rencontrent en mer.

Le Conseil de l’Europe finance le programme connu sous le nom de « Ocean Sentinel ». Il a été testé pour la première fois en Afrique du Sud au début de cette année. Selon Henry Weimerskirch, directeur de recherche au centre français. L’Union internationale pour la conservation de la nature affirme que 18 des 22 espèces d’albatros sont menacées, certaines d’extinction.

Ils installeront alors ces balises de 70 grammes à l’arrière des oiseaux, permettant ainsi aux chercheurs de les suivre et d’analyser leurs habitudes alimentaires.

Les albatros espions capteront les radars

Mais ils capteront également les émissions radar lorsqu’ils passeront au-dessus des navires. Les navires ayant l’intention de pêcher illégalement désactivent leur système d’identification automatique (AIS) lorsqu’ils entrent dans des zones de pêche interdites. Se coupant ainsi du suivi automatique par satellite. Mais pour des raisons de sécurité, ils s’appuient toujours sur des émissions radar de bas niveau et ce sont eux que les albatros pourront capter.

« La moitié des bateaux que nous avons détectés (lors des tests) n’avaient pas leur AIS allumé », a expliqué Henry Weimerskirch. Avec un albatros captant des signaux à cinq kilomètres de distance « nous pouvons localiser un bateau dans une demi-heure de contact ».

Et s’il cherche à éviter la détection, transmettre les informations aux autorités « pour une éventuelle interception », a-t-il ajouté. Ocean Sentinel devrait également être testé l’an prochain en Nouvelle-Zélande et dans les îles hawaïennes.

Commentaires

Derniers Articles

 

Japon : des peluches géantes dans un restaurant pour faire respecter la distanciation sociale

Burger King lance le « Social Distancing Whopper » avec beaucoup d’oignons

Il fabrique une ruche fonctionnelle en LEGO

La plage de la Grande Motte installe des zones de bronzage

Harry Potter : elle crée un masque que s’anime façon «Carte du Maraudeur»

Coca-Cola & Carlsberg : des bouteilles biodégradables à base de plantes

Ce bar invente la table roulante de distanciation sociale

France : une messe en « drive-in” célébrée sur un parking

Ce café distribue des chapeaux-frites pour faire respecter la distanciation sociale

À 10 ans, elle installe un « rideau de câlins » pour pouvoir enlacer ses grands-parents

Les plus belles photos « Nature » de l’année 2020

Coudre un masque en tissu Nintendo Switch

Paris : un cinéma projette des films sur l’immeuble voisin

Déconfinement : déguisé en Faucheuse, il visite les plages réouvertes au public

Zoom : le Studio Ghibli nous offre des fonds pour les visioconférences

Les séries cultes en quarantaine

Cet hôpital joue « Here Comes the Sun » pour les patients guéris du Covid-19

Capone: Tom Hardy en Al Capone dévoile son trailer

Confiné, Banksy revisite sa salle de bain

La faible pollution fait apparaître le logo Universal dans le ciel

Confiné, ce couple recrée des scènes de films cultes

Ils filment leur confinement à la manière de Wes Anderson, Tarantino, Godard…

Confinement : il skie dans son salon en stop motion

Des affiches de voyage vintage en mode confinement