Les affiches de Mai 68 exposées à Paris

Pour les 50 ans des événements de Mai 68, l’école des Beaux Arts de Paris propose une exposition qui se penche sur ces affiches devenues le symbole d’une contestation. Fruit des regards croisés de deux disciplines souvent opposées, l’histoire de l’art et l’histoire, cette exposition propose une lecture documentée de ce moment particulier de l’histoire contemporaine, les années 1968-1974, où l’art et le politique, la création et les luttes sociales et politiques furent intimement mêlés.

Une histoire politique du visuel.

L’exposition n’est pas une histoire visuelle du politique mais une histoire politique du visuel. Elle présente des affiches, des peintures, des sculptures, des installations, des films, des photographies, des tracts, des revues, des livres et des magazines, dont quelque 150 publications consultables dans le cadre d’une bibliothèque ouverte.

Ces affiches témoignent bien sûr de la mobilisation en France et à travers le monde de toute une génération dans cette révolte politique du tournant des années 1960-1970 ; mais ces affiches sont aussi porteuses d’une autre histoire, loin de celles des partis politiques désireux de participer au système parlementaire, mais proche de celles des organisations d’extrême gauche interdites dès juin 1968 et qui vont se multiplier pendant plusieurs années, changeant de noms au fil des opérations de police et des scissions, jusqu’à l’auto-dissolution de la Gauche prolétarienne (GP, maoïste) le 1er novembre 1973, un mois après le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili.

L’exposition IMAGES EN LUTTE, la culture visuelle de l’extrême gauche en France (1968-1974), entend redonner à la création portée par ces utopies révolutionnaires, sans distinguer a priori ce qui relève de l’art et ce qui tient de la propagande visuelle, leur soubassement et leur complexité, en même temps qu’elle souhaite interroger les contradictions et les ambiguïtés des rapports entre art et politique, en considérant, depuis une époque où ces rapports ont perdu de leur acuité, une période où une grande partie de la création ne pouvait se penser sans eux.

Affiches, des peintures, sculptures…

L’exposition présente donc des affiches, des peintures, des sculptures, des installations, des films, des photographies, des tracts, des revues et des publications, dont quelque 150 livres, brochures et magazines en consultation libre, choisis à la fois pour leur signification historique et pour leur qualité visuelle, sans prétendre à l’exhaustivité mais en opérant un choix guidé par l’efficacité et la participation à une bonne articulation du parcours ainsi tracé. Il importe en outre de laisser à chacun de ces types d’images une inscription dans un régime propre de visibilité et de diffusion, qui ne les aplatissent ni dans le sens d’une esthétisation généralisée, ni dans celui d’une neutralisation documentaire.

IMAGES EN LUTTE – Palais des Beaux-Arts
13 quai Malaquais, Paris 6e. Du mardi au dimanche de 13h à 19h
Fermeture le 2 avril, les 1er, 8 et 10 mai. Tarif : 7,50€. Tarif réduit : 4,00€. Gratuité pour les étudiants
beauxartsparis.fr

Commentaires

Derniers Articles

 

Une entreprise offre 6000 euros pour regarder tous les épisodes des Simpson

Among Us débarque sur les consoles PS4, PS5 et Xbox Series

LEGO dévoile son set « Maman, j’ai raté l’avion ! »

Angèle à bord d’un train rétro direction Bruxelles dans son dernier clip

Freddy Krueger : La vraie maison des « Griffes de la Nuit » est à vendre

Le film Uncharted dévoile son trailer

New York : un nouvel observatoire en verre à 300 mètres de hauteur  

Elle recrée les décors de FRIENDS en miniature  

Décès de Bernard Tiphaine, la voix française de Chuck Norris

Blitz Society : le premier bar pour jouer aux échecs ouvre à Paris

Apple crée un clip composé de 45 ans de sons Apple

Aya et la Sorcière : Le dernier Ghibli débarque sur Netflix

LEGO Star Wars Castaways : Le nouveau jeu arrive sur Apple Arcade

« The Office Experience » : une grande exposition vous plonge dans la série

Il dépense 6 000 euros pour transformer sa maison en hommage aux années 90

Fisher-Price lance une version adulte et fonctionnelle de son téléphone culte

La sortie d’Indiana Jones 5 repoussée à 2023

Nike célèbre les 50 ans du UNO avec une Air Force 1

Des musées de Vienne créent un OnlyFans pour des oeuvres d’art

DUNE : les skins Zendaya et Timothée Chalamet sur Fortnite

« SOS Fantômes : L’Héritage » dévoile sa nouvelle bande-annonce

Une parodie de « Squid Game » avec Rami Malek

Des cafés Tom & Jerry ouvrent au Japon

Adidas lance des sneakers « Maman, j’ai raté l’avion ! »