Accusé de racisme, FHM change sa Une aux Philippines

Le magazine pour homme FHM, a été accusé de racisme aux Philippines à cause de leur Une du numéro de mars.

La première Une du mois de mars aux Philippines, dévoilée sur le net, avait déclenché une avalanche de critiques, accusant le magazine d’être raciste. Dans celle qui aurait dû paraître, on y voit le mannequin Bela Padilla mise en lumière avec des collègues de couleur noir dans l’ombre. D’ailleurs le titre était explicite: « Sortir de l’ombre ».

Avec toutes ses critiques, le magazine a décidé de revoir sa une et on découvrait le mannequin Padilla seule sur le magazine… FHM a expliqué prendre en compte les remarques des lecteurs pour justifier ce changement. via

La couverture modifiée :

 

Commentaires

Derniers Articles

 

Ils immortalisent les rêves d’enfants réfugiés dans d’incroyables photomontages

Nike présente les sneakers PS4

Une église parisienne tente la quête avec paiement sans contact

Le plus grand labyrinthe de neige du monde est en Pologne

Voici le selfieccino, un café avec votre portrait imprimé dans la mousse

Si Stranger Things était un film d’animation japonais…

Le challenge de l’électricité statique

Le compte instagram des plus beaux sols de Paris voyage

Un fan réalise le trailer du film FRIENDS

De l’art sur des sachets de thé

Les cuissardes Ugg débarquent !

Jurassic Park : lancement d’une Jeep électrique pour enfants

Des éboueurs créent une bibliothèque avec les livres jetés

Nintendo Labo : des accessoires en carton pour Switch

Il s’incruste hors-champ sur des pochettes d’album

Un bar éphémère réalisé en LEGO va ouvrir à Londres

La nouvelle série de Netflix met les 90’s à l’honneur

Cette robe change de couleur toute seule !

Google trouve à quelle oeuvre d’art vous ressemblez le plus

Un livre pour faire des sons électroniques avec du papier

Des photos d’enfants du monde entier avec leurs jouets

Le jargon de la pub en vinyles

À la découverte de Trust Icon, street artiste londonien

Muni de son smartphone, il donne vie aux objets qui l’entourent